Créer un site gratuitement Close

Le combat spirituel du chretien ( partie 1)

r5yp5khg.jpg
Pasteur William Parrot

Si l’on pouvait mettre un peu plus le micro de façon à ce que je parle un peu moins fort, car ma voix est revenue, mais pas tout à fait ; un prédicateur sans voix c’est très difficile ! Cela me fait penser à cet homme argentin, à qui on a enlevé la langue, suite à une infection due à la drogue. Converti après et devenu prédicateur, cet homme, c’est une histoire vraie, prêche sans langue, tout est possible à Dieu ! Parfois il serait bien que nous n’ayons pas de langue, peut-être ferions-nous un peu moins de mal et plus de bien, mais avec notre langue nous pourrions faire aussi beaucoup de bien et c’est ce que je vais essayer de faire ce matin, en vous apportant ce message. Nous commencerons par une anecdote, nous verrons un peu les temps que nous vivons actuellement et nous irons vers 2 exemples de la Bible : Moïse, Aaron et Hur lors du combat contre Amalek et un homme, un prophète, au soir de sa vie, qui nous donnera quelques clés, pour notre vie spirituelle.

 

Voici cette anecdote : un jour, un pasteur, homme de Dieu remarquable, que j’ai bien connu, et que je respecte profondément, en disant remarquable, nous sommes conscients que c’est la gloire de Dieu, la gloire de Christ que nous devons toujours rechercher. J’aime beaucoup ce passage (Ps.115/1) : « Non pas à nous, Eternel , non pas à nous, mais à Ton Nom donne gloire… » Mais il faut reconnaître que Dieu choisit et utilise particulièrement certains et même certaines, je pense au ministère magnifique de Kathryn Kuhlman qui avait un don de miracles et de guérisons extraordinaires de la part de Dieu. Je reviens à ce pasteur, cet homme remarquable, un homme de la Parole et de l’Esprit, cet homme fut conduit, poussé justement par le Saint-Esprit, c’était au début de son ministère, à s’enfermer de façon déterminée durant trois jours dans son bureau pour jeûner et prier. Dieu l’avait envoyé dans une ville importante où il y avait déjà un petit troupeau de 17 brebis, et bien qu’il ait reçu un ministère d’évangéliste, rien ne se passait, rien dans ce sens : pas de conversions, pas de guérisons, pas de délivrances, c’était le désert ! Et au bout de 3 jours de ce jeûne et prière, le Seigneur a montré à son serviteur deux géants couchés, deux géants vaincus. Et à partir de ce jour l’Eglise a commencé à démarrer et à prospérer. Aujourd’hui, c’est une grande Eglise, un centre spirituel qui a essaimé dans sa région, une région pourtant ténébreuse ! En fait, ces deux géants étaient des êtres spirituels, des princes de démons qui tenaient cette ville et sa région sous leur emprise satanique. Et Dieu a utilisé la disponibilité et la détermination de son serviteur pour les abattre et pour les écraser. Alléluia ! Ce qui me fait penser à cette parole (Ps.60/14) : « Avec Dieu, nous ferons des exploits ! C’est Lui qui écrase l’ennemi. »

 

Je voudrais vous parler ce matin du combat spirituel de l’Eglise ou du chrétien. Ce message, je l’ai reçu pendant la réunion de prière de mardi dernier, et durant le retour, j’étais silencieux, Liliane m’a demandé à quoi je pensais, je lui ai répondu : « Je suis dans le message de dimanche » Pour être franc, j’aurais préféré un autre message mais je n’en ai pas eu d’autres. Je vais essayer de vous apporter un message humble, simple et sans triomphalisme.


Notre combat est spirituel ! [Eph.6/12 Version Parole Vivante] :

Cette introduction nous amène à cette Parole de Dieu, qui est un avertissement solide comme un roc, un avertissement solennel laissé par l’apôtre Paul (Ephés.6/12) [Version : Segond] : « … Nous n’avons pas à combattre contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » Je vous donne maintenant la [Version : Parole vivante d’Alfred Kuen ] qui est une transcription du Nouveau Testament, une synthèse des 80 meilleures versions actuelles, françaises, allemandes ou anglaises utilisées ou consultées : « Car ce n’est pas seulement de notre combat à nous qu’il s’agit, nous n’avons pas à lutter uniquement contre notre nature terrestre [contre la chair et le sang, c.à.d. contre des forces humaines] ni contre de simples ennemis mortels, mais contre les puissances occultes, contre une organisation spirituelle, satanique, contre les dictateurs invisibles qui, dans les ténèbres veulent contrôler et régir notre monde, contre la légion des esprits démoniaques dans les sphères surnaturelles, véritables agents du quartier général du mal. » [fin de citation.]

 

Nous ne sommes pas tous appelés à être pasteurs ou évangélistes, c’est vrai ! Christ, le Maître de la Moisson appelle qui Il veut, mais nous sommes tous appelés, d’une part à prendre conscience de ce combat spirituel et d’autre part, à entrer avec la foi, la paix et la sérénité en Christ, dans ce combat spirituel, un combat acharné, qui nous dépasse complètement mais Christ est là, Il est avec nous ! Il nous dit encore ce matin : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ! » Il ne faut pas avoir peur de celui qui est dans le monde. La Bible nous dit que Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde.


Un temps particulier : [Discernons les temps que nous vivons]

Nous sommes entrés dans une période de l’humanité tout à fait particulière, unique : nous vivons les temps eschatologiques. (gr. « eschatos » : dernier) L’eschatologie est la doctrine concernant les derniers temps. Nous sommes en phase de vivre l’événement le plus extraordinaire de toute l’humanité : à savoir l’Enlèvement de l’Eglise : d’abord la Résurrection de ceux qui se sont « endormis » en Christ, puis la Transmutation, la Transformation, en un clin d’œil, des chrétiens vivant encore sur la terre lors de cet événement, la Transmutation des chrétiens qui se seront soigneusement préparés afin de ne pas être surpris et démunis. C’est le Christ de Gloire que nous attendons des cieux, qui transformera le corps de notre humiliation en corps de Gloire, semblable au corps de Sa Gloire. Et la Bible nous dit (Phil.3/21) : « …par le pouvoir efficace qu’Il a de s’assujettir toutes choses. » Nous savons d’après (Héb.1/3) que : « Le Christ, qui est le Reflet de la gloire de Dieu et l’Empreinte de Sa Personne soutient toutes choses par Sa parole Puissante. » O mon frère ! ô ma sœur ! appuie-toi sur cette parole ce matin : « Christ soutient toutes choses par Sa Parole Puissante. » La Parole du Christ qui est le Créateur soutient toutes choses ! Peut-être as-tu des problèmes terribles dans ta vie? J’en ai aussi, mais Sa Parole soutient toutes choses et notre foi est dans la Parole de Dieu, dans Celle de Jésus.

 

Concernant cet événement imminent, je vous rappelle cette Parole glorieuse de l’Ecriture, une Parole éclatante d’Espérance vivante. Je vous la cite pour qu’elle s’imprègne encore dans nos cœurs, pour qu’elle s’enracine encore davantage, Darby dirait dans « notre ventre » c.à.d. dans notre « sein spirituel » dans « nos entrailles spirituelles » (1 Thes.4/15-18) : « Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la Parole du Seigneur : Nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont décédés [en gr. « Les endormis » ceux qui dorment] car le Seigneur Lui-même, à la voix d’un archange et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel et les morts en Christ ressusciteront premièrement, ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur les nuées à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles. » Voilà à quoi notre langue doit servir ! A nous consoler les uns et les autres !

 

Un événement tout à fait extraordinaire, disions-nous il y a quelques instants, un événement imminent qui est comme en suspend. Cet événement unique n’est que la première phase du Retour du Christ : l’Eglise enlevée, la Grande Tribulation avec le règne de l’Antichrist [le règne de la Bête d’Apoc.13, celle qui monte de la mer] La bataille d’Harmaguédon [la montagne de Méguiddo] avec, entre autres, cette innombrable armée de 200 millions d’hommes venus d’Extrême-Orient franchissant l’Euphrate asséché, puis le Retour en Gloire du Christ Eclatant de Majesté qui pose Ses pieds sur le Mont des Oliviers et qui instaure Son Règne Messianique, le Royaume de Dieu sur la terre. Ces temps messianiques de mille ans ne seront qu’une courte parenthèse dans le Règne Eternel du Christ qui se poursuivra dans la Nouvelle Jérusalem où Dieu, par Christ, sera tout en tous ! Quels projets glorieux !

 

Les projets de Notre Père de Gloire, Notre Père Tout-Puissant s’accompliront à la lettre. Tout est en place, tout est en marche et rien n’empêchera les plans de Dieu de s’accomplir fidèlement. Satan est déjà vaincu ! La tête du serpent ancien a été écrasé par la Croix de Jésus, Satan est vaincu, mais il est « fou de rage » il est animé d’une grande colère « le dragon remue la queue » et il y a pour le moment dans les lieux célestes un combat spirituel acharné, un combat qui nous dépasse complètement et dont nous sommes la cible, souvent à notre insu, nous les rachetés, nous l’Eglise de Christ. Israël, dont la dispensation est encore parallèle à celle de l’Eglise est également une cible acharnée dans ce combat spirituel. N’oublions pas que Jésus sera Roi d’Israël et que Son trône sera établi à Jérusalem, devenue alors la capitale du monde. Derrière ce conflit Israélo-palestinien, il y a un combat spirituel dont on ne soupçonne pas l’ampleur et qui dépasse la politique des hommes, un combat spirituel qui est au delà des clivages politiques.


Notre combat pour aujourd’hui :

Mais le combat spirituel qui nous intéresse plus particulièrement, bien que tout soit lié, c’est d’abord le nôtre, celui de l’Eglise non encore enlevée, le combat du racheté, du chrétien, de l’enfant de Dieu, un combat de chaque jour pour notre vie et notre progression spirituelle, pour la guérison de nos infirmités spirituelles. Jésus est Celui qui guérit les infirmités spirituelles, c’est un combat pour nos familles, pour ceux qui ne connaissent pas encore le Seigneur, pour ceux qui se sont écartés de l’Evangile, pour nos quartiers : soyons responsables ! Ayons à cœur nos quartiers, nos collègues de travail, nos villes, notre pays de France, l’Europe, notre Eglise locale, l’Eglise Universelle. Prions pour le Réveil spirituel de l’Eglise de Christ Universelle et locale… Il y a là un véritable combat spirituel.

 

Soyons des hommes [je m’adresse même aux dames !] dans ce sens : faisons preuve de maturité spirituelle, soyons responsables de nous-mêmes bien sûr, mais aussi de tous ceux qui nous entourent, de tous ceux que le Seigneur met sur notre chemin. Soyons des repères, des phares, des combattants pour ceux qui tournent en rond dans le labyrinthe de notre monde de ténèbres. Ne vivons plus pour nous-mêmes mais pour Christ et les autres. Christ, Lui, s’occupera de nous ! Ayons les intérêts de l’Eglise de Christ à cœur !

 

Revenons à notre verset (Eph.6/12) : « Nous n’avons pas à combattre contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » Appelons-les : « les puissances de l’enfer » c.à.d. Satan, lui-même, les démons, les anges déchus, les anges que Satan a emmenés avec lui lors de sa révolte contre le Tout-Puissant (Es.14) (Ez.28) Certains de ces anges déchus sont enchaînés dans les abîmes de ténèbres et attendent le jugement (2 Pie.2/4 ; Jude 6) D’autres sont dans les lieux célestes ou accomplissent leur triste besogne ici-bas, leur travail de destruction vis-à-vis des hommes : oppressions, tourments, maladies, suicides, possessions, guerres, impuretés sexuelles, pornographie, séduction de tout ordre. [La deuxième épître à Timothée parle d’esprits séducteurs avec leurs doctrines de démons] Je pense d’ailleurs, qu’il nous faut plus que jamais exercer les dons de discernement des esprits.


Le triomphe de la Croix : Christ a écrasé le Serpent ancien :

Avant d’aller plus loin, prenons conscience que Christ à la Croix a vaincu toutes ces puissances. A la Croix, Christ a écrasé, comme je l’évoquais il y a quelques instants, la tête du Serpent ancien. La prophétie a été accomplie. Dieu avait parlé au serpent, à Satan et Il lui avait dit (Gen.3/15) : « La postérité de la femme [Christ] t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon » Et (Héb.2/14) affirme que par Sa mort : «…Jésus a écrasé celui qui avait la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable. » Christ est vainqueur ! Christ a triomphé ! L’Agneau de Dieu a vaincu le grand dragon, le serpent ancien appelé le diable, Satan, le séducteur, le père du mensonge. La Croix est le lieu du triomphe de Christ. On peut affirmer (car il y aura la Résurrection) que quand le Christ ensanglanté, couronné d’épines, crucifié comme un maudit, les bras grands ouverts sur cette Croix infâme, qui se dresse au sein des ténèbres, L’entourent surnaturellement, quand le Christ crucifié, baissant la tête, rend Lui-même Son Esprit à Dieu le Père après avoir dit : « Tout est accompli. » que c’est la plus Grande Victoire de toute l’Histoire de l’humanité. Il y a dans la Croix de Jésus une puissance de « force » (c’est presque un pléonasme ) ! une puissance de Victoire, de Triomphe sur toutes les puissances de l’Enfer, un écrasement dont on ne peut pas soupçonner l’ampleur et les répercussions éternelles, un écrasement dont on n’a pas vraiment pleinement conscience… Le Fils de Dieu crucifié sur la Croix, les bras grands ouverts ! cette Croix reste debout. Elle est dressée de façon manifeste, publiquement comme un étendard de victoire, de triomphe devant le monde des ténèbres, devant le monde satanique. Christ est vainqueur ! et unis à Lui dans une relation profonde ayant expérimentés la nouvelle naissance, ressuscités spirituellement, nous participons à cette victoire, à ce Triomphe du Lion de Juda. Si Satan a emmené avec lui des anges déchus dans sa chute, lors de sa rébellion contre le Tout-Puissant, Christ, Lui, nous « emporte » nous emmène victorieusement dans le sillage glorieux de Son Triomphe. Il y en a un qui voulait nous emmener vers le bas, le Christ de gloire, Lui veut nous emmener vers le haut. Alléluia ! Que le Seigneur soit béni !


La cérémonie romaine du triomphe : [Col.2/15]

J’en arrive à ce verset très primé dans nos milieux pentecôtistes ou charismatiques (Col.2/15) : « Christ a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle en triomphant d’elles par la Croix. » Je vous rappelle pour l’avoir souvent expliqué, qu’il y a là, une image, une parabole : ce verset fait allusion à la cérémonie romaine du Triomphe. Le général victorieux auquel cet honneur avait été décerné, parcourait « la Via Sacra » de Rome sur un char, derrière lequel marchaient enchaînés, exposés aux moqueries de la foule, les chefs des nations et des armées vaincues. La Croix où les puissances démoniaques croyaient détruire le Fils de Dieu, est devenue pour Christ, l’instrument de Triomphe. La Croix de Jésus rend la défaite des puissances de l’Enfer manifeste, disons, la Croix est le Char triomphal public du Christ.


Deux traductions possibles : [Col.2/15]

Tour d’abord, voici la transcription « Parole vivante » de ce verset qui c’est une excellente synthèse, et dont le titre est : Le Triomphe de la Croix :

 

« Christ a démasqué et puis désarmé les autorités et les dominations de l’Enfer. Il a exposé leurs faiblesses devant l’Univers, Il les a traînées derrière Son char triomphal à la Croix. »

 

Il faut savoir que, selon les exégètes, il y a deux traductions possibles de ce verset, ce qui ne changent absolument rien au Triomphe manifeste et glorieux du Christ. Je vous donne une petite explication technique, je vais essayer d’être le plus clair possible :

 

* Première traduction : (Col.2/15) dans notre Bible Segond [ce qui n’est pas le cas dans la Nouvelle Bible Segond] : « Il a dépouillé les dominations et les autorités et les a livrées publiquement en spectacle en triomphant d’elles par la Croix. » « Par la Croix » en grec : « En Auto » cette expression signifie exactement : Par Lui, [traduction interlinéaire grec-français] ou en Lui. » « par la Croix » « par Lui » peut se référer selon certains traducteurs comme Segond, au mot grec « Stauros » nom masculin se trouvant dans le verset précédent.

 

* Deuxième traduction : d’autres traducteurs, [version anglaise, Parole de vie, Tob, Français courant] ont traduit : « En Auto » : « Par Lui » c.à.d. le Christ. Ce qui donne, (Dieu devenant le sujet de la phrase, ce qui semble logique) : « Dieu a dépouillé les dominations et les autorités et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par Lui, par le Christ »

 

Je paraphrase : «Dieu le Père a écrasé toutes les puissances de l’Enfer et les a publiquement livrées en spectacle en triomphant d’elles par Son Christ à la Croix. » Le sens ne change pas, mais simplement l’accent est mis davantage sur l’Unité de Dieu le Père, et de Dieu le Fils dans l’œuvre de la Croix : on peut dire ceci : Dieu le Père, le Tout-Puissant a pensé le Sacrifice. Dieu le Fils Unique, l’Agneau l’a accompli et Dieu le Saint-Esprit, le Seigneur l’Esprit (2 Cor.3/17) le révèle et le rend manifeste dans nos vies. C’est la puissance de Dieu le Saint-Esprit, qui expérimente le Sacrifice de Jésus dans nos vies. Dans cette deuxième traduction, nous retrouvons explicitement Dieu le Père, le Tout-Puissant qui écrase par Christ à la Croix, Satan qui s’était révolté contre Lui, Satan qui voulait usurper la place du Très-Haut, ce qui nous ramène au point de départ de (Es.14 et Ez.28) la boucle est fermée. Alléluia !


Le combat d’Israël contre Amalek : Moïse, Aaron, Hur combattent ensemble au sommet de la colline 

Voyons maintenant comment le chrétien peut entrer concrètement dans ce combat spirituel que nous évoquons ce matin. Pour cela deux passages de la Bible me sont naturellement venus à l’esprit, le premier je l’ai cité en introduction, concerne Moïse, Aaron et Hur, combattant ensemble pendant le combat contre Amalek, les Amalécites (Ex.17) Il faut savoir qu’Amalek est le petit fils d’Esaü, ce peuple ennemi acharné d’Israël, est une figure de la chair qui est continuellement en conflit avec l’Esprit. Nous savons bien que Satan se nourrit de notre chair pour nous détruire soit nous-mêmes, soit les uns et les autres. La victoire est due ici dans (Ex.17) à l’intervention divine, c’est d’ailleurs ce passage qui nous révèle un des Noms de Dieu « Yhvh-Nissi » qui signifie l’Eternel est ma bannière l’Eternel est mon étendard. Et pour notre combat spirituel personnel ou de l’Eglise locale, il me semble qu’il y ait là quelques clés.

 

Moïse a conscience du combat spirituel, il a conscience du danger, de l’ampleur de ce combat qu’il ne sous-estime en aucun cas. Il organise le combat, il est déterminé : « Demain je me tiendrai sur le sommet de la colline » il se prépare. Pour le combat spirituel il y a une préparation. Moïse prévoit, Il partage avec Josué la tâche, un Josué qui, sur les conseils de Moïse, choisit les combattants.

 

Moïse monte tranquillement [la force tranquille]sur le sommet de la colline : c’est la montagne de la prière. Combien de temps passes-tu mon frère , ma sœur sur cette montagne de la prière avant de venir au culte? C’est la montagne de l’intercession, la montagne du combat. Moïse n’a pas présumé de ses forces, Il a pris soin de prendre avec lui Aaron et Hur, quelle sagesse ! Seul, bien qu’il soit le « grand Moïse » il n’aurait pu vaincre. Aaron et Hur, chacun de son côté entoure Moïse. A noter que c’est Moïse qui tient le bâton de Dieu. Aaron et Hur respectent par là le choix de Dieu, c’est Moïse le médiateur. Et là, ensemble ils vont persévérer dans le combat de la prière, ils persévèrent jusqu’au bout, jusqu’au coucher du soleil. Aaron et Hur soutiennent les bras de Moïse et en bas dans la vallée, Josué et ses combattants choisis, gagnent. Alléluia ! quel exemple pour nous !

 

La montagne de la prière ! Passez du temps dans la prière, c’est le temps de la prière, de la mise à part, celui de la sanctification, de l’intercession, le temps de passer des heures aux pieds du Maître, ce n’est pas celui de l’amusement, du relâchement, ne baissons pas les bras ! Nous sommes dans une période particulière de l’humanité. Il y a là également l’intercession combattante, la détermination, la persévérance, le bâton de Dieu : la foi, La pierre : « Nous sommes assis avec Christ dans les lieux célestes » La sagesse, la répartition des tâches, l’Unité, la soumission les uns aux autres dans « la crainte de Christ. » [Je paraphrase] Voilà quelques clés qui nous amèneront à la victoire dans notre combat spirituel.


Daniel : Au soir de sa vie : un combat d’une ampleur insoupçonnable :

Enfin pour terminer voici le deuxième passage auquel j’ai pensé, c’est l’exemple de Daniel, un homme de Dieu au soir de sa vie, un homme, Daniel est âgé de 85 à 90 ans, qui aime son peuple, qui souffre pour lui, Daniel a « à cœur son peuple » Alors il décide avec une très grande détermination, malgré son âge avancé, de passer 21 jours dans le jeûne (disons un jeûne avec quelques légumes). (Dan.10)Et là, pendant trois semaines, Daniel est dans un combat spirituel d’une intensité insoupçonnable. Pendant ce combat l’avenir d’Israël est en jeu, donc la venue du Messie, l’avenir de l’humanité.

 

Daniel n’appréhende certainement pas l’ampleur de ce combat spirituel dans lequel il est engagé, puis il y a cette vision transcendante, selon certains c’est un ange, selon d’autres c’est une théophanie, une Christophanie (une apparition du Christ en gloire avant Son Incarnation) Selon d’autres encore (comme Scofield) les deux à la fois. Daniel apprend que dès qu’il a ouvert la bouche, sa prière a été exaucée, mais que pendant trois semaines pendant qu’il priait, qu’il jeûnait de tout son cœur un combat spirituel acharné s’opérait dans les lieux célestes, un combat dans lequel intervenait des princes de démons, des autorités spirituelles. Ce passage parle également de l’intervention de l’Archange Michel, le Défenseur d’Israël.

 

Si nous ne sommes pas appelés tous à devenir des « Daniel » nous sommes tous appelés à vivre cette qualité spirituelle, cette relation de Daniel avec Son Seigneur. Ici pour notre combat spirituel quelques clés : l’amour pour l’Eglise locale et universelle doit nous dévorer à l’intérieur, la souffrance de voir l’Eglise qui s’endort, qui sommeille, je parle de l’Eglise en général, un esprit humble, un cœur bien disposé pour Dieu, la mise à part, une entière disponibilité, la persévérance déterminée, le jeûne qui est comme une violence spirituelle déterminée dans l’humiliation devant Dieu. On s’humilie devant Dieu, on souffre devant Lui pour quelque chose. Pour ma part, je pense que le jeûne (complet ou partiel) plus qu’une attitude de cœur est une arme spirituelle terrible mise à notre service pour entrer dans ce combat spirituel.


Ephésiens 6/12 : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

Prenons conscience de ce combat spirituel ! Entrons sans crainte ni peur dans ce combat spirituel avec la foi et la sérénité en Christ ! discernant les temps tout à fait particuliers que nous sommes en train de vivre ! (Ps.60/12) : « Avec Dieu nous ferons des exploits, c’est Lui qui écrase l’ennemi. » Que Son Nom soit béni !


AMEN

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site